[Champions de demain] Interview : Jhonatan Narvaez

[Champions de demain] Interview : Jhonatan Narvaez

 

Après Christopher Blevins, c'est une autre des recrues de la formation Axeon Hagens Berman qui s'est confiée à notre rédaction. Jhonatan Narvaez est notre nouveau champion de demain.

 

Bonjour Jhonatan, peux-tu tout d'abord te présenter à nos lecteurs ?

 

Bonjour, je suis âgé de 19 ans, et j'ai grandi dans le province de Sucumbios, dans un petite village qui se situe au nord-est de l'Équateur. C'est proche de la Colombie, et l'altitude est très élevée, puisque nous sommes à 3 000 m au dessus du niveau de la mer. Dans ma famille, je suis le plus jeune, et j'ai un frère et trois sœurs.

 

Quand as-tu commencé à faire du vélo, et pourquoi ?

 

J'ai appris à faire du vélo à l'âge de 4 ans, et à cette époque, ma mère me disait que j'étais un peu trop agressif, ce qui m'a valu de tomber de nombreuses fois. Si j'ai ensuite débuté la compétition, c'est parce que mon père et mon frère étaient fans de ce sport, et mon frère était d'ailleurs également pratiquant. Pour ma première course, je me souviens qu'il avait plu énormément, et que j'avais terminé dernier, mais au moins j'avais été au bout. Par contre, je ne me rappelle pas du tout de ma première victoire, et au début de ma carrière, je ne gagnais quasiment jamais.

 

Peux-tu nous raconter un peu tes débuts ?

 

Au début, Juan Carlos Rosero Garcia était mon entraîneur, et je courrais pour l'équipe de la Province de Sucumbios. Ma meilleure performance a été de terminer second de la Vuelta del Porvenir en 2014. C'était vraiment une course sympa, car j'avais de nombreux amis colombiens au départ.

 

Avant d'évoquer tes performances de la saison passée, peux-tu nous dire quel type de coureur tu penses être ?

 

J'ai toujours essayé d'être un bon coureur contre-la-montre, car j'admire Tony Martin, même si j'espère être aussi bon en montagne que sur le chrono.

 

 

Tu as obtenu de bons résultats l'an passé pour ta première saison en Europe, es-tu globalement satisfait de tes performances ?

 

J'ai atteint la moitié de mes objectifs l'an passé. J'ai remporté le classement de la montagne lors du Tour de Savoie, et j'ai terminé second de la course en ligne des championnats Panaméricains. Malheureusement, je me suis aussi cassé le poignet, et cela m'a privé de participer à quelques épreuves où je voulais vraiment bien figurer.

 

Est-ce que l'acclimatation à la vie en Europe a été facile pour toi ?

 

J'ai senti que j'ai progressé physiquement et mentalement grâce à ce passage en Europe. Après chaque voyage, je devenais de plus en plus mature.

 

Après l'arrêt de Klein Constantia, tu as décidé de rejoindre Axeon, pourquoi ce choix ?

 

Axeon était intéressée, et l'équipe a la réputation d'amener les jeunes coureurs au plus haut-niveau. Axel Merckx est également très connu, et sa structure a eu beaucoup de succès au fil des années. Je suis persuadé que leur programme peut m'amener à réaliser mes objectifs.

 

Il y a quelques semaines, tu as participé à ton premier stage avec l’équipe, quel est ton impression générale sur l’ambiance au sein de celle-ci ?


Cela a été une très belle expérience. Être avec l’équipe pour la première fois a été quelque chose de très sympa. Et même si la majorité du groupe parle anglais, 3 coureurs parlent espagnol. Je suis donc enchanté à tous les niveaux – le vélo, la tenue, mes coéquipiers, et le staff. J’ai aussi aimé la Californie, ici les gens te traitent bien lorsque tu fais du vélo sur la route et te laissent passer. Les automobilistes sont également très respectueux des cyclistes.

 

 

Quels vont être tes objectifs en 2017 ?

 

En plus des championnats nationaux, ce sera les Championnats Panaméricains qui se dérouleront au mois de mai. Je veux gagner le contre-la-montre, car je ne suis pas sur que le parcours de la course en ligne m’avantage. Concernant mon programme de début de saison, il y a deux options pour moi, me rendre en Europe, ou commencer ici aux États-Unis. Les directeurs sportifs veulent trouver le meilleur calendrier de courses pour moi.

 

Pour conclure, j’ai vu lors du stage avec l’équipe le mois dernier que tu avais de solides compétences de danseur. Reproduiras-tu le même type de mouvement si tu gagnes une course cette année :) ?

L’an passé, je n’ai pas gagné, et je n’ai donc pas eu la chance de le faire. Mais cette saison, je me vois certainement effectuer ce mouvement si je gagne une grande course.

 

 

crédits photos : Davey Wilson

Fil actus

transferts

SONDAGE

Qui va remporter le Tour de France 2017 ?
Voir les résultats

Prochaines courses

Rejoignez-nous