[Carnet de Route] Avec Florian Hudry lors du Tour de Hokkaido (ep1)

[Carnet de Route] Avec Florian Hudry lors du Tour de Hokkaido (ep1)

Alors que la saison européenne touche à sa fin, le circuit Asia Tour reprend lui ses droits, avec le Tour de Hokkaido, qui se déroule jusqu'à dimanche au Japon. A cette occasion, Florian Hudry a accepté de se livrer sur sa course, mais au sur l'atmosphère qui régne autour du cyclisme au Japon.

 

Quels sont tes objectifs sur le Tour de Hokkaido ?

C'est une course de reprise, car j'avais coupé après le tour de Guadeloupe. Mais j'ai bien récupéré et la forme est plutôt là. L'objectif serait un top 20 au général, et un top 10 sur une étape. Mais le profil n'est pas aussi dur que je l'espérais.

Pour ceux qui ne suivent pas le cyclisme asiatique, peux-tu nous dire quel est l’engouement autour du vélo au Japon, y-a t-il beaucoup de monde sur les routes par exemple, beaucoup de médias qui suivent la course ?

Le vélo au Japon est un sport en plein essor, ici c'est le kerin qui est très populaire, néanmoins la route commence à se faire une bonne place au pays du soleil levant. Il y a peu de courses uci mais à chaque fois elles sont très médiatisées et le public est au rdv. En parallèle il y a la Japon Pro Tour qui est l'équivalent de la coupe de France PMU mais qui ne sont pas des courses uci.

Quid du niveau sur les classe .2 au Japon, à quoi les comparerais-tu par rapport à l’Europe, ou ce que tu as vu en France ?

Le niveau au Japon est certes un peu moins élevé qu'en Europe mais il y a un gros niveau. On retrouve dans les équipes japonaises beaucoup de coureurs européens ou australiens. Après sur les courses uci il y a des équipes de toute l'Asie. Et même des pro continental comme ici sur hokkaido avec Nippo-Vini Fantini. Le niveau des classes 2 japonaises est presque équivalent à celui des classes 2 européennes. Après, ça reste moins élevé que les classes 1 naturellement.

Peux-tu nous dire comment s’est déroulée l’étape pour toi ? Es-tu satisfait de ta performance ?

La première partie de course était toute plate le long de la mer, on a fait une 1ère heure de course à 47km/h de moyenne. Une échappée de 6 coureurs est sortie avec un de mes coéquipiers. L'écart est ensuite monté jusqu'à 8 minutes. Mais après des équipes comme bridgestone, st George (Australie) et Nippo-Vini Fantini se sont mises à rouler et l'écart à vite diminué. Le final était composé de 2 bosses. La première est montée au train es a écrémée de l'arrière. On s'est retrouvé à 40 et 2 de mon équipe. Ensuite ça a été la guerre pour se placer à l'approche de la dernière difficulté de 2km à 8% de moyenne. Kinan et Vini Fantini n'ont pas arrêté d'attaquer. J'étais bien, mais malheureusement à 300m du sommet j'ai un peu coincé et j'ai laissé une quinzaine de coureurs partir. Je me suis retrouvé dans un groupe de 5. On a fait la descente à bloc mais on est jamais rentré. Sur la ligne on se fait reprendre par un groupe dune vingtaine de coureurs. Je termine 25ème de l'étape à 34s du vainqueur.

Photo : interpro cycling academy

Fil actus

transferts

SONDAGE

Sondage : quelle équipe a le plus de chances d'être invitée à participer au Tour de France 2018 ?
Voir les résultats

Prochaines courses

Rejoignez-nous